Étiquettes

, , ,

JOURNAL DU 7e CIEL – 13-14-15-16-17-18-19 mai 2020 (J43-44-45-46-47-48-49)

Mercredi 13 mai

 

Les rides s’amplifient sur mon visage, creusent le sillon des inquiétudes, cendres de verre qui déteignent sur le nacre de ma peau. Mes mains enduisent une crème apaisante sur mon front, tapotent les pattes d’oie, descendent la crête du nez jusqu’aux ridelles saillies des lèvres, remontent les pommettes de mes joues par des spirales pianotées du bout des doigts.

 

 

Mon regard traverse le miroir, se niche dans les branches inondées de lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est belle cette femme devant moi. Ses yeux pairs déclinent ses qualités : compatissante, reconnaissante, sensible, altruiste, et chancelante parfois, rebondissante devant l’adversité. Elle chante et danse cette femme, elle rit et pleure. Elle vit. Je la ramène de ce côté-ci de la psychée.

Depuis des mois, j’entends le nombre de morts s’ajouter à la liste déprimante des victimes de la Covid-19. Aujourd’hui, la mort prend le visage d’une femme élégante dont l’accent gaspésien a charmé ma mère. Cette dame est décédée, emportée par la maladie. Maman et Reina étaient voisines d’appartements. Maman tourne sa tristesse vers l’espérance d’une vie meilleure. Je veux rendre hommage à Reina par cette chanson du grand Félix.

La vie, l’amour, la mort (Félix Leclerc)

(…)

C’est fou, la mort,
Plus méchant que le vent.
C’est sourd, la mort,
Comme un mort sur un banc.
C’est noir, la mort,

Et ça passe en riant.
C’est grand, la mort,
C’est plein de vie dedans.

Pour vérifier si elle porte encore la maladie, maman a passé un nouveau test samedi. Les résultats positifs confirment qu’elle est encore infectée, sans symptômes.

Je pourrais vivre deux ans avec la Covid si je ne suis pas malade! me rassure-t-elle au bout du fil.

Chère maman! Pour la distraire, maintenant qu’elle a sa tablette, ma nièce a proposé à la gang de chanter et de danser sur la chanson de Claude Dubois : Besoin pour vivre.

Pour te donner une idée : mes parents ont eu douze enfants; l’aînée Catherine est décédée en 2006. Quarante petits-enfants ont agrandi le cercle et trente-six arrières tout-petits assurent la pérennité de la famille. Une trentaine de membres de la smala manquent à l’appel sur la vidéo.

Dimanche 17 mai

J’ai cru voir surgir une plage du Maine devant mes yeux tant les vacanciers ont envahi l’espace du parc. Il faisait beau, il faisait chaud et nous avons tous un immense besoin de bouger et de nous amuser.

Mardi 19 mai

La nature a éclaté comme baril de poudre tant les nouvelles du déconfinement dégagent de l’énergie vitale.

Le soleil me salue, les nuages manquent à l’appel. Le ciel dévoile la pureté de son être, apaisement d’un jour nouveau.

 

Et moi? Je poursuis ma quête sur le balcon.

© Véronique Morel 2020, texte, photos et vidéos

© Marylou, vidéo de la gang Morel