Étiquettes

,

Vocation de Catherine-Pelland

Vocation de Catherine de Saint-Augustin ; oeuvre d’Alfred Pellan. La toile se trouve suspendue à la droite de la porte de ma cellule. Je suis à la bonne place!

Après plusieurs mois de repos, je reprends mon manuscrit pour l’amener plus loin sur le chemin de la compassion, guidée par Catherine de Saint-Augustin.

Je corrige, note, ajoute, change de mots, en retire d’autres. Ma mère s’impatiente. Elle veut lire mon recueil avant de mourir. Une amie m’exhorte à mettre de côté mes dentelles de mots pour parachever mon livre. J’invite des personnes à lire et commenter mon manuscrit.

Il me faut un temps d’arrêt pour mettre le point final à mon recueil de nouvelles.

corridor-aile ancienne_Monastère.ca

Je retourne séjourner au Monastère des Augustines fin juin 2017. Une forte émotion m’enveloppe en arrivant à ma cellule. Sur la droite de la porte est suspendue une magnifique toile d’Alfred Pellan : Vocation de Catherine de Saint-Augustin. Oui, je suis à la bonne place.

choeur des religieuses-MoiMesSouliers

Je me retire régulièrement dans le chœur attenant à la chapelle.

De même, je souhaite me recueillir devant la châsse de Catherine de Saint-Augustin. J’en fais la demande à une religieuse croisée dans le corridor. Elle m’y conduit, m’instruisant sur la conservation des ossements de la bienheureuse décédée en 1668. De retour dans le couloir, nous nous présentons; j’échange avec la directrice du Centre Catherine de Saint-Augustin. Après l’avoir informée de la raison de mon séjour en ces murs, elle accepte de lire mon manuscrit.

Restaurant-RestoQuébec

Je me délecte d’une cuisine santé dans la salle à dîner aux allures d’un réfectoire.

jardin-apothicaire-monastere-des-augustines-iciR-C

Le Carré de l’apothicairesse, inaugurée au printemps, offre calme et harmonie. Je m’y repose volontiers. Je découvre les herbes médicinales qui peinent à grandir dans ce jardinet intérieur où le soleil se fait discret.

cimetière-PatrimoineCulturelGVQCJ’échange avec une religieuse dans le hall de l’hôtel. Elle capte mon désir d’aller méditer dans le cimetière de la communauté, le long du mur encerclant le jardin privé des Augustines. Elle me rassure en me tapant un clin d’œil. « Vous pourrez même vous balancer, si le cœur vous en dit. » Quelle perspicacité! Regroupées, les dépouilles reposent dans une fosse commune; comme au temps de leur vivant où les religieuses partagent les mêmes lieux de prière, de travail, de récréation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Durant les quatre jours de mon passage au Monastère, je corrige de fond en comble mon manuscrit, deux fois plutôt qu’une : tourner une phrase autrement; déplacer un paragraphe, changer un mot, en supprimer d’autres. Sentir les personnages m’enlacer avec tendresse, me gratifiant de leur avoir donné vie, m’assurant qu’ils feront longue route chez les vivants.

Mon recueil de nouvelles Courtepointe de vitraux – Catherine de Saint-Augustin, hospitalière en Nouvelle-France rencontre le public pour la première fois le 14 octobre 2017.

Mon livre se vend maintenant à la boutique du Monastère des Augustines et au Centre Catherine de Saint-Augustin.

Original-présentation livre -Signature

Pour vous procurer mon livre
BouquinBec (en ligne)  (en ligne)
La flèche rouge, librairie de quartier
L’Euguélionne, librairie féministe

Les photos proviennent du site du Monastère des Augustines et de Musées Québec,