Étiquettes

, , ,

Elle envoûte le bar situé au fond de l’impasse. L’endroit ne paie pas de mine. Les fauteuils avachis regardent la scène éclairée de faisceaux maigrichons sur lesquels danse une poussière fanée.

Pourtant, les habitués ne rechignent pas. Ils viennent pour elle, fascinés par sa voix éraillée.

Elle ensorcelle l’instrument de ses doigts magiciens. Les noires, croches et soupirs se disputent la première place de son répertoire jazzé.

Ses blues langoureux bercent les admirateurs qui dodelinent de la tête, savourant les chuchotements déposés sur l’ivoire. Ses chansons propulsées par un son guttural émeuvent le public. Les tonalités graves pêchées au plus profond de ses tripes empoignent l’auditoire, les enlacent, elle et lui, dans une extase réciproque.

L’éclairage maquille le visage de la femme d’une luminance cireuse. Elle se tourne vers l’assistance pour recevoir les applaudissements. D’un geste nonchalant, elle tasse sa chevelure sauvage comme on glisse un rideau noir.

Ce soir, il l’observe plus qu’il ne l’écoute. Il voulait l’aimer, aduler la princesse qu’il s’en faisait. Sous le clocheton de l’école du village, ils avaient échangé un dernier regard, prenant des chemins opposés vers leur avenir.

Pour la musicienne, son rêve est exaucé : charmer son piano comme un dresseur, le serpent. Son souffle écorché racle le clavier d’une vibration d’octaves déchaînées, de plaintes animales, de trémolos rieurs ou d’arpèges jouissifs. Les triples croches gambadent sur ses cordes vocales ou culbutent en bémols sur les lignes de la portée. Parfois, un froufroutement déchire le silence; à d’autres moments, il enveloppe l’ouïe d’un parfum de miel. Le dialogue s’effrite, repu et contemplatif.

Ill-luminance-Myriam Anouk AugereauAprès la représentation, il ose l’aborder, lui demander pardon d’avoir fui la femme différente qu’elle était. Lui dire qu’elle restera toujours son seul amour. Il effleure sa paupière morte et baise son œil borgne.

 

© Véronique Morel

Ill-luminance, crayons feutres sur papiers de Myriam Anouk Augereau, reproduction autorisée